Bilan après 100 paris : de (très) beaux débuts

Hello,

Voici un article un peu particulier puisque je vous propose de revenir en détails sur les 100 premiers paris placés depuis le 29 septembre.

C’est en effet depuis cette date que je note chacun de mes paris sportifs sur Parieur-Gagnant. L’ouverture du blog, mi-octobre, a permis à certains de suivre mes pronostics… avec de beaux résultats.

100 paris, 63% de réussite

Voilà déjà un chiffre qui en impose : 63 paris placés ont été gagnants ! De très belles cotes sont passées, je pense notamment au Mi-Tps/Fin du match du match Aix-Maurienne – Bourg-en-Bresse à 5,5 ou à certains combinés en NBA qui dépassaient la cote de 3…

Mais globalement, ce qui est important, c’est surtout ces 63% de réussite qui sont, à mes yeux, très satisfaisants. Avec une très belle cote moyenne  de 2 (1,9925 pour être précis), forcément, on s’attend à de beaux bénéfices !

Un départ tonitruant…

Les premières semaines ont vraiment été excellentes. Le mois d’octobre était jouissif : sur 41 paris placés, le taux de réussite était incroyable : 81% ! Seulement 8 paris perdants pour 33 gagnants.

Cette première période a permis d’engranger de beaux bénéfices, et la bankroll est passée de 300€ initialement à 378€ très rapidement.

Début novembre : un moment difficile

Oui mais voilà : le mois de novembre n’allait pas du tout ressembler au mois précédent. Le début du mois de novembre a été catastrophique : les 20 premiers paris de ce mois n’ont vu que 6 tickets gagnants.

Le taux de réussite s’est effondré, et la bankroll, montée à 378€, a connu une vrai dégringolade, jusqu’à 348€. Ce n’était pas la ruine, mais voir mes bénéfices s’effriter aurait pu me faire tilter !

Heureusement, je n’ai pas perdu mon sang froid et malgré quelques paris de piètre qualité durant cette période, j’ai retrouvé des couleurs progressivement.

Réguler la chute, stopper l’hémorragie

D’abord en régulant la chute : plutôt que de vouloir “me refaire”, j’ai essayé d’arrêter l’hémorragie tranquillement, sans stress. Peu de paris, un minimum de paris “tilt” et des mises en baisse : 1% max.

Puis, une fois que la confiance était revenue, je me suis remis à parier avec une méfiance accrue. J’ai privilégié les simples à 100% et j’ai évité les paris à confiance “moyenne”.

Ce très mauvais début de mois, sur une 20aine de paris a donc finalement été épongé lors des 35 paris suivants.

Une nouvelle preuve que les paris sportifs se jouent sur le long terme, et que les mauvaises périodes ne peuvent être contre-carrées en 2 ou 3 paris gagnants…

De bons bets mi/fin novembre

Une fois la chute régulée, j’ai retrouvé un rythme de croisière intéressant depuis le 15 novembre. Certes, les résultats ne sont pas aussi excellentsque début octobre, mais la bankroll est en hausse constante.

Je suis d’ailleurs dans une bonne période puisque, sur les 20 derniers bets, la % de réussite flirte avec les 70%… ! Je me suis recentré sur ma spécialité, à savoir le basket. Mon tableau comparatif, compétition par compétition, permet de voir nettement :

  1. Que le basket est ce sur quoi je parie le plus, et ce sur quoi je génère le plus de bénéfices (normal, me direz-vous)
  2. A un niveau plus fin, la Pro A et la NBA sont les compétitions les plus rémunératrices ; suivent ensuite les championnats étrangers
  3. Que même si j’ai peu misé sur le foot (5% de mes paris seulement), ce sport a généré 10€ de bénéfices. Pas négligeable.
  4. Que les compétitions européennes de basket ne sont définitivement pas pour moi : je perds de l’argent sur ces matchs, d’ailleurs je sais que je devrais les éviter et je le fais : seulement 5 paris placés (2 bets gagnants, 3 perdants) depuis le début de la saison.

Prochain bilan complet : dans 100 paris, soit après le 200ème pari ! 🙂

Et vous, où en êtes-vous dans votre suivi de bankroll ?

Gabin

Cliquez ici pour laisser un commentaire 0 commentaires