C’est l’Euro ! C’est les books qui vont être contents…

Et voilà, l’Euro de Football 2020 (oui, oui) vient de débuter et un air de folie douce s’empare tout doucement des fans de foot. Youpi, des matchs internationaux tous les jours ! Des buts à la pelle, des paris à gogo !

Mais au bout du compte, on le sait, ce ne sont pas les parieurs “festifs” qui vont se frotter les mains…

Les bookmakers sont prêts pour l’Euro

Les offres des books fleurissent et ça sent bon l’été. Entre grillades et vin rosé, on vous propose sans rire des “freebets” incroyables, tel celui de Betclic qui proposent de placer 80 paris à minimum 5€ (cote mini =1.5) durant la compétition pour avoir 80€ de freebets…

Soit au moins 400€ à placer pour recevoir 80€ de paris gratuits. Ce qui n’est pas équivalent à 80€ sonnant et trébuchant. Si vous avez un doute sur la question, n’hésitez pas à lire le premier article paru sur Parieur Gagnant => Les bonus des books, ces pièges à parieur.

Alors comment se positionner face à cette offre pléthorique ? Comment le parieur raisonné peut-il rester la tête froide alors qu’on lui propose d’entrer dans un incroyable magasin de bonbons ?

Pronos entre potes ou mises funs ?

Deux écoles ici :

  • Les groupes de parieurs qui, comme moi, savent que l’Euro sera sans doute celui des bons coups… pour les bookmakers. Je vais donc rester à l’affût de bons coups ça et là, mais je ne parierai pas tous les jours, ni sur tous les matchs (heureusement…). Je privilégierai les pronos entre potes, sans dépenser un kopeck, qui me permettront quand même de vibrer un peu.
  • Et puis il y a parieurs festifs qui vont dépenser la totalité de leurs bankrolls sur une compétition difficile à parier, en usant des grosses cotes, des freebets à la noix et des paris exotiques (est-ce que machin va marquer de la tête ? Coté à 30, mon gars !)

Bien sûr, la vérité devrait se trouver quelque part entre les deux, parce qu’une compétition comme l’Euro reste un superbe événement et qu’il faut aussi profiter de ces moments joyeux, surtout après ces longs mois de confinement et de disette économique.

Pour autant, je vous mets en garde : rares seront les parieurs à finir l’Euro 2020 sur un réel bénéfice.

“Place au show”

L’Euro 2020, comme la Coupe du Monde ainsi que les autres compétitions internationales, c’est un peu comme feu la Coupe de la Ligue ou la Coupe de France, surtout à partir des phases finales : c’est très difficile de parier sur des résultats lorsque les matchs sont à élimination directe, et il est encore plus difficile de parier sur des équipes qui, pour certaines, ont très peu vu leur 11 jouer ensemble (quelques matchs pour certaines).

Bref, l’Euro c’est un show, une partie de plaisir qu’il faut vivre dans le stade ou devant sa télé, mais ce n’est pas le bon moment pour chercher des certitudes, pour mettre en place des systèmes et encore moins pour tester les services d’un tipster.

Ce genre de compétition éphémère n’est donc pas un bon entraînement et encore moins un moyen d’arrondir ses fins de mois : c’est au contraire le symbole de tous les risques liés aux paris sportifs : manque de discernement, manque de recul lié à son propre enthousiasme de supporter (Allez les Bleus !), volonté de s’enrichir vite grâce aux grosses cotes et aux “promos” des books…

Amis parieurs, restez tranquille : vivez votre Euro sans trop miser, et ce sera déjà… quelques euros de gagnés.

Laisser un commentaire