Existe-t-il une méthode infaillible pour gagner aux paris sportifs ?

Lorsque l’on a les bases suffisantes pour comprendre les paris sportifs, on a parfois le sentiment de pouvoir « battre » les bookmakers. Après tout, pour cela, il suffit d’avoir une… méthode infaillible ! Ou tout du moins une méthode qui fonctionne dans le temps.

pour rejoindre le club Parieur-Gagnant

100% gratuit & garanti sans bullshit

Je pense que rechercher une « méthode » n’est pas une mauvaise chose en soi, car cela pousse les parieurs à se pencher sur des types de paris ou sur des compétitions qu’ils n’auraient même pas regardé en premier lieu. Cela permet aussi de prendre du recul sur des notions importantes comme la gestion de bankroll, la stratégie ou le retour sur investissement.

Pour autant, existe-t-il une méthode infaillible aux paris sportifs ? Eléments de réponse dans cet article complet.

Le surebet : une méthode sans faille ?

Une méthode absolument parfaite serait de parier sur tous les résultats possibles d’une rencontre sportive en étant sûr de gagner de l’argent quelle que soit l’issue du match. C’est ce qu’on appelle un surebet.

Le surebet, c’est jouer avec les possibilités offertes sur les divers bookmakers pour trouver des cotes supérieures : lorsque le Taux de Retour Joueur est supérieur à 100%, alors il y a surebet. Peu importe le résultat du match : si j’ai bien réparti mes mises, je suis certain d’empocher un peu d’argent. J’ai écrit un article complet à ce sujet sur le blog, que je vous invite à découvrir ici : Le surebet, méthode pour « gagner à tous les coups » ?

Bien sûr, le surebet n’est pas si simple : difficile à trouver, difficile à réaliser surtout en ARJEL, parfois périlleux à cause des changements de côtes, il ne nous amène qu’à gagner quelques centimes à chaque coup.  En plus, il a des failles : outre le côté dangereux de voir un pari annulé ou refusé par un book (ce qui mettrait toute la stratégie du surebet par terre !), le surebet incite à immobiliser une partie importante de son capital pour des gains très minimes.

Le surebet est-il sans failles ? Non, bien sûr que non. Mais c’est assurément l’une des méthodes les moins faillibles qu’il existe aux paris sportifs.

Les méthodes et les statistiques sont un leurre

Une fois que la tentation surebet est calmée, le parieur novice va parfois s’échiner à trouver des schémas ou des récurrences statistiques qui lui permettraient de battre le bookmaker à tous les coups.

J’ai vu des parieurs miser sans aucune analyse ou connaissance sportive sur des matchs nuls en pagaille, sur des “1er buteur du match”, sur des under/over, sur le moment du premier but… Leur credo : ma méthode a fonctionné sur telle ou telle saison, c’est statistique, c’est prouvé. « J’ai noirci suffisamment de cases Excel pour être certain que ce type de pari, joué à la longue, permettait un réel bénéfice à la fin de la saison ». Échec et mat, pensent-ils en arrivant à peine sur leur bookmaker préféré !

Et les joueurs de s’engouffrer dans ce qu’ils pensent être une brèche, de créer des montantes complexes sur des championnats exotiques, sans jamais faire fonctionner leur cerveau. Une fois que leurs statistiques leur ont donné raison sur les années passées, ils s’arrêtent tout simplement de penser. Ils ont trouvé la stat, l’algorithme, le calcul. Il ne reste plus qu’à engranger les gains !

Je connais trop bien cette situation. J’ai moi-même essayé de très nombreuses méthodes statistiques, je me suis essayé à tous les types de paris différents (notamment sur le foot), avec des systèmes de mises complexes et alambiqués. Résultat ?

A la fin, c’est le bookmaker qui gagne…

Il faut bien comprendre qu’il n’est PAS POSSIBLE de gagner de façon récurrente en se basant uniquement sur des notions statistiques ou sur des projections linéaires. Une saison ne ressemblera jamais tout à fait à une autre.
La réalité d’hier en Ligue 1 ne me renseignera que très partiellement (et souvent avec moults erreurs de jugement) sur la saison future.

Il n’y a pas de méthode infaillible.

Vous vous doutiez bien que j’allais écrire ça à un moment ou à un autre. C’est ainsi et ça a été dur pour moi de le reconnaître par le passé, mais je le répète : il n’y a AUCUNE méthode infaillible. La technique miracle n’existe pas. Est-ce que cela veut dire que toutes les méthodes sont bonnes pour la poubelle ? Non, et heureusement.

Il existe une quantité de méthodes qui peuvent vous apporter beaucoup de choses aux paris sportifs. Mais il faut être conscient :

  • Qu’il n’existe pas une « SUPER MÉTHODE » qui surpasse toutes les autres
  • Que vous devez trouver la ou les méthodes qui conviennent à votre façon de parier
  • Que cette méthode devra évoluer au fil des paris, pour s’adapter aux circonstances sportives et à l’évolution de votre bankroll

Haut les cœurs, les amis ! Vous pouvez gagner aux paris sportifs. Vous pouvez découvrir ou utiliser une méthode gagnante, qui vous conviendra et qui vous permettra de générer des bénéfices.

Mais cela demandera bien sûr du temps, du travail, un peu de rigueur et pas mal de bons réflexes. Je vous partage mon expérience dans la suite de l’article.

Les différents types de méthodes aux paris sportifs

Je voudrais avant tout m’attarder un instant sur la nomenclature des systèmes et méthodes. Pour moi, ça a du sens de vous montrer qu’une méthode n’est pas seulement une « formule » et encore moins le fait de toujours jouer sur le même type de pari.

Une méthode classique sur les matchs nuls

Voici une méthode assez connue : jouer sur les matchs nuls en montante. Puisque les cotes des nuls sont assez élevées (3 ou plus), je sais qu’il faudra un taux de réussite assez faible pour être en bénéfice. La montante suppose d’augmenter les mises jusqu’à ce que le match nul survienne.

Tout cela, c’est très bien, mais je sais qu’on peut tout à fait être dans une série noire et enchaîner 11, 12, 13… matchs pariés sans aucun nul trouvé, voire plus ! Or, si ma mise de départ est de 1€ et que je double ma mise à chaque palier perdant, alors je devrais parier 8 192€ au palier 13…

Ce genre de méthode peut donc être améliorée, car ma bankroll ne me permet pas de parier plus de 3000€ sur un seul pari… Je vais donc :

  • Ne pas doubler ma mise à chaque pari, mais seulement la multiplier de 1,4
  • Me fixer un palier limite, par exemple 6 paris consécutifs sans nul.
  • Si je n’ai pas trouvé de nul à ce palier 6, alors je redescends au palier 1

Ainsi, je régule grandement mes mises (je dois parier 5,38€ au palier 6, contre 32€ si j’avais doublé ma mise initiale à chaque palier), je limite les risques de banqueroute et j’accepte, en contrepartie, de limiter mes gains totaux sans pour autant m’interdire un bénéfice à chaque match nul.

Bien sûr, si j’enchaîne 2 mauvaises séries de 6 paris sans nul, ma bankroll va diminuer de façon assez importante (-32,6€ sur les deux séries de 6 matchs sans nul).
Mais c’est une chute beaucoup moins abrupte que si j’avais fait une série de 12 matchs nuls en doublant ma mise à chaque palier (-2048€ !)

Si vous voulez en savoir plus sur les montantes aux paris sportifs, je vous conseille vivement de lire mon article complet à ce sujet : Montante aux paris sportifs : une méthode & des risques

Une méthode sur les paris combinés

Par exemple, l’une des méthodes que j’apprécie est la méthode Bioman. Il s’agit d’une méthode pour sécuriser des paris combinés. Est-ce que cela veut dire que je joue exclusivement en Bioman ? Que je n’utilise cette ressource que sur les paris combinés ? Ou que je suis à la lettre les principes de cette méthode ? Non. Pas du tout, en fait.

Cette méthode n’impose pas de jouer uniquement sur des matchs de foot, ni de parier uniquement sur un certain type de pari. J’y vois une liberté et une possibilité d’améliorer la méthode jusqu’à ce qu’elle convienne à ma façon de jouer. Je vais donc coupler à cette méthode ma capacité à trouver des bets de qualité sur du basket (et notamment sur les écarts 1-5, 6-10).

Le créateur de la méthode l’avait pourtant créé pour des matchs de foot quasi uniquement, et pour trouver des nuls rentables. N’étant pas très friand de foot, j’ai adapté sa méthode. De même, je ne parie pas sur 5 ou 6 matchs comme « inscrit » dans la méthode, mais sur des combinés de 3 matchs, pas plus.

Une nouvelle fois, j’ai adapté cette méthode à ma façon de jouer et à mon tempérament de parieur. C’est à ce prix que je parviens à gagner avec la Bioman : si j’avais simplement suivi les règles de base, alors je perdrais de l’argent.

Pour tout savoir sur la méthode Bioman, n’hésitez pas à vous reporter à mon article complet à ce sujet : Méthode Bioman, comment ça marche ?

Les méthodes appliquées à la bankroll ou aux mises

Un type de méthode qui me semble intéressant est lié aux mises/à la gestion de bankroll. Au lieu de proposer de jouer sur un certain type de pari, la méthode que je nomme « Répartition » propose de découper sa bankroll en 5 parts égales, et de jouer un pourcentage non de la bankroll totale, mais de ces 5 parts égales.

Si l’on parvient à engranger suffisamment de bénéfices pour créer une 6ème part, alors la bankroll est revue : on concentre ces 6 parts en une bankroll totale, qu’on redivise en 5 parts. Et c’est reparti, avec une mise légèrement augmentée, mais une prise de risque égale par rapport à votre bankroll.

Si au contraire on perd une part complète de sa bankroll, même cheminement. On fait la somme des parts restantes, et l’on redivise cette somme en 5. Les mises qui suivent sont donc plus faibles, mais la prise de risque est la même, puisqu’on joue toujours le même pourcentage de bankroll.

Bien sûr, vous pouvez vous dire que cette méthode est à la fois brouillonne voire pas du tout adaptée à votre façon de jouer. Mais vous pouvez quand même y trouver une idée, un mécanisme, à réutiliser dans la méthode que vous façonnerez vous-même pour gérer au mieux l’évolution de votre bankroll !

Les méthodes à ne tester sous aucun prétexte

Vous l’aurez compris : il n’existe pas une méthode gagnante, mais une quantité de méthodes que vous devez adapter à votre propre façon de jouer.

Cependant, il existe aussi… un nombre impressionnant de « méthodes » perdantes. Mais je vous livre ici les principales méthodes et erreurs qui peuvent plomber le parieur novice.

  • Les méthodes en montante sans palier limitatif : on l’a vu plus haut avec les matchs nuls. Si je n’anticipe pas la série noire des matchs qui ne veulent pas se terminer par un nul, alors je risque tout simplement de perdre toute ma bankroll après seulement une dizaine de matchs, et ce quel que soit le montant de ma mise de départ !
  • Les méthodes qui ne prennent pas en compte votre bankroll : votre bankroll est forcément limitée, vous ne pouvez pas perdre jusqu’à plus soif. Si la méthode n’est pas adaptable à une petite bankroll, alors c’est une mauvaise méthode. Si ma bankroll de 1000€ (petite bankroll aux yeux de beaucoup) ne suffit pas pour telle ou telle méthode, je passe mon tour. Tout simplement.
  • Les méthodes qui ne prévoient pas la perte : en fait, une bonne méthode comprend toujours un volet où vous perdez. Que se passe-t-il si… ça ne marche pas ? Voilà une vraie question de qualité. Si la méthode ne génère pas du gain, quel sera le degré de la perte générée ? Cette perte pourra-t-elle être supportée par ma bankroll ?
  • Les méthodes révolutionnaires : les vendeurs de rêve sont forts en storytelling, mais tellement nuls en paris sportifs. Aucune méthode ne peut réinventer la roue. Aucune méthode n’est infaillible. Aucun parieur n’est gagnant avant d’avoir joué. Chaque pari est une perte potentielle. Autant de crédos à forger dans le marbre !

La méthode pour être certain de NE PAS gagner aux paris sportifs

Enchaînons donc avec une méthode infaillible pour ne pas gagner aux paris sportifs : ne pas avoir de méthode claire (ou une façon de parier récurrente) ou, et c’est encore pire, adopter toutes les méthodes que vous découvrez.

Parier sur des nuls, sur des buteurs, en montante « sécurisée », en paliers régressifs, avec un pourcentage de bankroll limitatif, en combinés sécurisés, en suivant des tipsters, en…

Non. Additionner les ingrédients, même si ceux-ci sont de qualité, ne fera pas de vous un grand chef.

Mon conseil donc : sélectionnez des méthodes qui vous semblent intéressantes, et testez les « à blanc » pendant quelques semaines au moins – je dirais que 8 semaines est une période de test minimale.

Un test à blanc signifie que vous ne pariez aucun euro : vous tenez simplement un suivi régulier comme si vous pariiez vraiment. A la fin de la période de test, vous aurez donc parier 0€ mais vous aurez appris quelque chose : est-ce que cette méthode semble correcte ?

Suivront donc des questions rituelles : quels sont les points faibles de la méthode ? Est-ce que je peux les éviter ? Comment adapter cette méthode à mon style de jeu ? Est-ce que cette méthode est très dangereuse pour ma bankroll ? Comment changer cela ? Vos réponses permettront d’améliorer votre méthode, de l’abandonner ou d’en garder uniquement ce qui vous intéresse ! 

Jouer sans méthode, est-ce possible ?

Bien sûr. 90% de mes paris sont des jeux en simple, sur du basket. Où est la méthode là-dedans ? Nulle part… ou presque.

Je suis tout de même des règles en matière de bankroll (et notamment en termes de pourcentage de bankroll parié, max une unité dans mon cas, soit 1%) qui peuvent s’apparenter à une méthode. J’ai une façon de parier classique, mais claire. Efficace à mon niveau, et c’est là le principal.

Et puis, je ne joue que sur un à deux types de paris. Un peu comme dans une méthode… Mais de là à dire que c’est réellement une méthode, non. Ce sont des habitudes de parieur. J’ai testé beaucoup de schémas différents avant de trouver celui-ci, qui me paraît très convenable pour mon profil de joueur.

Les 10% de mes autres paris sont quelques combinés (essentiellement en Bioman) ainsi que des paris long terme (ex : Qui va gagner la Leader’s Cup de basket, qui va gagner la NBA, etc).

Cette répartition de mes paris me convient aujourd’hui. Avec le temps, bien sûr, il y aura des ajustements, des changements majeurs, et des détails que je peaufine. Et je continue, en trame de fond, à tester des méthodes à blanc. Même si je sais que je n’adopterai pas ces systèmes de jeu à 100%, ils peuvent aussi m’aider à améliorer ma compréhension & ma pratique des paris sportifs.

pour rejoindre le club Parieur-Gagnant

100% gratuit & garanti sans bullshit


Article précédent => Parier en ligne ou au tabac : quelle est la meilleure solution ?

Article suivant => Méthode Bioman : fonctionnement, avantages et variantes

Manuel du Parieur (retour au sommaire)