Parieur Gagnant : les objectifs en 2020

L’année 2020 est déjà bien lancée et je pense qu’il est grand temps de faire le point sur l’année à venir et sur les objectifs que je fixe, à moi comme au blog, pour cette nouvelle année.

Début 2020 : une pause bien méritée

Mais avant de dévoiler tout ça, je tenais à revenir sur la pause opérée sur le blog, depuis fin décembre. J’ai en effet fait un court break avec les paris sportifs : 2 grosses semaines sans bet pour dire vrai, ce qui ne veut pas dire que je n’ai pas avancé.

En fait, je me suis aperçu que mon rythme de betting s’était considérablement accéléré en décembre, et ma bankroll faisait un peu le yoyo. Après avoir frôlé les +35 unités de gains, je suis finalement assez vite retombé à cause de bets trop impulsifs.

J’avais deux solutions : essayer de me refaire, ou me calmer.

« Se refaire », vous le savez, c’est une connerie monumentale. Quand on veut « se refaire », au poker, aux paris sportifs ou plus généralement dans la vie, on s’apprête surtout à faire des choix stupides, dénués de jugement, des décisions hâtives pour redresser la barre alors que la tempête fait rage.

J’ai donc décidé… de me calmer.

Se calmer sur le betting, il faut le dire, c’est difficile. Pour moi en tout cas, mais je ne pense pas être le seul.

Beaucoup ressentent un manque quand ils ne parient pas. Comment ne pas les comprendre ? Même lorsque l’on parie des petites sommes, les bets rythment notre journée, et nous apportent une petite dose d’adrénaline. La joie du bet qui passe peut être grande, la déception d’avoir perdu peut l’être aussi… Tout cela, le parieur adore le ressentir.

En fait, pour se calmer niveau betting, je ne vois qu’une seule solution : stopper totalement les paris, au moins temporairement. C’est donc ce que j’ai fait. J’ai continué à regarder certains matchs de basket (NBA surtout), à suivre les ligues que j’affectionne et sur lesquelles je paris. Mais je n’ai pas placé un pari pendant une vingtaine de jours. Une petite désintox pour mieux repartir d’attaque en 2020.

2020 : une année charnière pour Parieur Gagnant

Le blog Parieur-Gagnant n’a que quelques mois mais déjà près de 300 inscrits, qui reçoivent régulièrement mes nouveaux articles. Il faut dire que j’ai essayé, fin 2019, d’écrire des articles complets, pertinents, longs et documentés. Je ne vais pas changer cela en 2020 !

L’objectif, c’est d’atteindre les 1000 inscrits à la newsletter.

OK, très bien, mais un objectif n’a aucun intérêt si l’on ne se donne pas les moyens de l’atteindre.

J’ai donc préparé un plan éditorial clair. En 2020, je vais vous proposer entre 15 et 20 articles inédits, d’une qualité comparable à ce que j’ai fait jusqu’ici.

En outre, et au vu de vos retours, j’ai compris que vous appréciez que je teste des tipsters ou que d’autres parieurs puissent donner de la voix sur le blog. Je vais donc tout naturellement continuer dans cette veine. J’ai d’ailleurs déjà testé un autre « pronostiqueur » pendant 2 mois, et vous devriez avoir un retour complet au début du mois de février…

En tant que parieur & bloggeur : changer mon activité « publique »

J’ai rencontré une difficulté majeure en 2019, ça a été de conjugué mon activité de blogging et ma (récente) activité de « parieur public ». En fait, je ne suis pas tipster. Je place des bets en mon âme et conscience, à la manière d’un investisseur. Mais j’ai été un peu emporté dans mon élan et j’ai régulièrement abreuvé mon compte Twitter de mes paris.

Cela a eu un premier effet : certains twittos se sont intéressés au blog Parieur-Gagnant et ont commencé à me demander mon avis sur certains matchs. Bon, plutôt pas mal, non ? Le deuxième effet Kiss Cool, c’est que j’ai commencé à ressentir un certain malaise lorsque mes bets ne passaient pas, car je savais que d’autres personnes suivaient mes pronos. Et ça, ça ne me plaît pas, car ce n’est pas mon rôle. Je ne suis pas tipster.

Ma prise de recul des dernières semaines m’a amené à m’interroger sur le bien fondé de ces bets publics. En fait, ils ne m’apportent pas de réels abonnés (car tout ce que veulent les twittos, c’est du prono, le reste… ils s’en foutent) et cela dessert mes analyses et la qualité de mes bets. Car à vouloir contenter le peu de suiveurs que j’avais, j’ai parfois réalisé des bets de piètre qualité, ou eu des comportements à risque. Résultat ? Pas une grande portée sur Twitter, une envie de parier qui s’étiole, et des performances en dents de scie. Tout le contraire de ce que je veux prodiguer.

En 2020, donc, plus de bets publics récurrents. Je suivrai le gré de mes envies et partagerai certains bets de temps à autre. Mais surtout, je veux me reconcentrer sur le blog et sur la page Facebook, qui sont nettement plus adaptés pour donner des conseils aux parieurs. Parieur Gagnant, je le rappelle, n’est pas l’occasion de vendre ou de donner des pronos : c’est un blog pour vous aider à devenir un meilleur pronostiqueur, un parieur raisonné et gagnant sur le long terme !

Une page blanche à écrire dès aujourd’hui

Voilà, 2020 commence et les objectifs du blog sont clairs, les temps de passage également. Je sais que j’ai du pain sur la planche et que vous êtes nombreux à attendre des conseils pratiques, des outils faciles, des tests étayés. Cela demande pas mal de temps, mais la passion est toujours là.

Côté pronos, je remets dès aujourd’hui à 0 mon tableau des pronostics. Je vous livre ci-dessous mes résultats sur cette fin d’année 2019 : depuis le lancement du blog, ce sont donc 186 paris que j’ai placés, pour un taux de réussite à 56%. La très belle cote moyenne de 2,15 m’a permis d’atteindre un bénéfice pas négligeable, mon ROI est très appréciable même si la dernière semaine de 2019 a terni mon bilan. Voici quelques screens issus de mon tableau personnel :

A noter qu’à part le hockey (-2% de bankroll), je suis en positif sur tous les autres sports : Basket (+22%), Football (+2,5%), Rugby (+1,5%), Tennis (+0,80%) et même +2,5% sur les autres sports (biathlon, handball, football américain et badminton).

J’espère faire aussi bien, sinon mieux, et sur davantage de bets, en 2020 ! Je repars avec une bankroll consolidée de 400€.

Et vous, c’est quoi vos objectifs pour 2020 ?

Gabin

Cliquez ici pour laisser un commentaire ! 2 commentaires