Pari Over Under : fonctionnement, méthode & conseils

Les paris over et under consistent à jouer sur le nombre de buts qu’il y aura durant un match de football. Il n’est pas question de pronostiquer le nombre exact de buts marqués au cours du match, mais plutôt de savoir s’il y aura plus ou moins de buts qu’un seuil fixé par le bookmaker : on parle souvent de cut ou de line.

Généralement, on parie sur les over/under 1,5 (y’aura-t-il plus de 1,5 buts, ou moins de 1,5 buts dans le match ?)
ou encore sur les over/under 2,5 (y’aura-t-il plus de 2,5 buts, ou moins de 2,5 buts dans le match ?)

Vous l’aurez compris : over signifie au-dessus (plus de), et under signifie en-dessous (moins de).

D’autres paris sont souvent disponibles, aussi on peut généralement jouer sur l’over/under 0,5, 3,5 ou 4,5, ainsi que le montre ce screenshot :

Pour le match de football Turquie – Hongrie, Betclic propose donc 5 paris over/under.

Si je parie qu’il y aura moins de 0,5 buts, la cote est de 7,75.
Si je préfère pronostiquer qu’il y aura plus de 1,5 buts, la cote est de 1,35.
Si je pense plutôt que le meilleur prono est qu’il y aura moins de 2,5 buts, alors la cote est de 1,50.
Etc… !

Vous voyez qu’il n’est pas possible de tomber “juste”, car les seuils sont toujours intermédiaires : 0,5 but, 1 but et demi, 2 buts et demi… Bien sûr, ces demi ne correspondent à rien dans la réalité, et aucun match ne peut se finir avec un total de 0,5 but, d’1,5 but, ou de 2,5 buts marqués. Ce sont des pronostics binaires. 

La décimale (,5) évite donc tout “match nul” et tout remboursement : avec les paris under/over, aussi appelés paris “plus de/moins de”, vous gagnez ou vous perdez. Et à première vue, vous avez donc 50% de chances de gagner

Comment analyser efficacement un pari over / under ?

A priori, ce type de pari est relativement simple. On se dit tout de suite qu’il suffirait de vérifier un peu les statistiques des deux équipes pour trouver aisément un bon pari… Mais, bien sûr, cela est beaucoup complexe. Alors avant de placer votre premier pari, un peu de lecture !

Souvent, les parieurs préfèrent se spécialiser dans l’un ou l’autre des paris : beaucoup préfèrent jouer les over (plus de X buts) quand d’autres veulent se concentrer sur les under (moins de X buts).

Cela s’explique par le fait qu’il faut prendre en compte de très nombreux paramètres, et qu’il n’est pas si facile d’être gagnant sur le long terme avec ce type de pari, notamment à cause des cotes limitées sur les bookmakers ARJEL. D’un point de vue purement statistique, voici des informations qui peuvent tout de même être utiles pour gagner :

  • En Liga A, saison 2018-19, 47,1% des matchs se sont soldés par un over 2,5 buts, et donc 52,9% par un under 2,5 buts.
  • En Ligue 1, saison 2018-19, on a noté 48,2% des matchs avec plus de 2,5 buts, et donc 51,8% avec moins de 2,5 buts.
  • En Serie A, saison 2018-19 : 51,8% des matchs avec plus de 2,5 buts, et 48,2% d’under 2,5 buts.
  • En Premier League anglaise, saison 2018-19, 53,7% des matchs ont vu plus de 2,5 buts marqués, et donc 46,3% avec moins de 2,5 buts.

A l’échelle des grands championnats européens, on voit que près de la moitié des matchs dépassent les 2,5 buts marqués, et l’autre moitié voient moins de 2,5 buts marqués. Il existe certaines disparités en fonction des championnats : ainsi la Premier League anglaise, sur la saison 2018-19, a vu plus d’over 2,5 que d’under 2,5, tout comme la Serie A, mais ce n’est pas le cas de la Ligue 1 Conforama ou de la Liga A espagnole.

Voici les 5 saisons récentes, en Europe, qui ont généré le plus d’over 2,5 :

Saisons de football les plus prolifiques en over 2,5 buts

Crédits de l’image : Parieur-Gagnant.com

A première vue, on pourrait se dire que la Premier League ou encore la Serie A semble des ligues très intéressantes pour placer un pronostic sur les over 2,5 buts. Et puis, en continuant cet article, vous apprenez que les 5 championnats européens récents les moins prolifiques en over 2,5 buts sont :

Championnats européens avec peu de buts par match

Crédits de l’image : Parieur-Gagnant.com

Ces premières informations montrent en fait que le pari over/under n’est pas seulement un pari statistique. Et de manière générale, pour gagner aux paris sportifs, vous contenter de regarder les stats est largement insuffisant.

Attention aux stats à large échelle

Direction la Premier League, et un coup d’œil sur les stats : dire que Chelsea a marqué 9 buts lors de ses trois dernières rencontres, pourquoi pas ? Mais si l’une des 3 rencontres était en Coupe d’Angleterre, face à une obscure équipe de division 5, match qui s’est soldé par un 6-1 pour les Blues… Cela peut complètement fausser vos statistiques ! Idem pour un match, qu’on aurait pu penser fermé, et qui se termine sur un 4-0 à la suite d’un carton rouge en début de partie.

Je jette un oeil sur une autre équipe du haut de tableau : Liverpool. Les Reds vont se rendre chez Manchester City, autre favori du championnat. L’équipe de Liverpool comme les Mancuniens marquent beaucoup de buts : ils ont d’ailleurs de très bonnes moyennes ! Oui mais voilà, ce fait ne suffira pas : on parle ici d’une confrontation de deux favoris, le niveau défensif de part et d’autre est supérieur à la moyenne, et chaque équipe va essayer d’annihiler les forces de l’autre.

Si les supporters espèrent beaucoup de buts, la probabilité de voir une rencontre fermée est assez élevée. Est-il pour autant intéressant de parier sur un under, alors que tout peut aller très vite au vu des buteurs présents de chaque côté du terrain ? Pas vraiment. Ni over évident, ni under facile… En fait, pour moi, ce genre de confrontation sportive est à éviter. 

Lorsque vous regardez les stats, prenez un peu de recul et essayez autant que possible de vérifier les faits de jeu et circonstances des matchs. Si vous ne parvenez pas à avoir des informations fiables sur les matchs particulièrement ouverts comme ceux cités ci-dessus, alors il faudra décider de les comptabiliser ou non dans vos stats globales, ce qui vous permettra d’avoir une vision plus juste des buts marqués et encaissés.

Si vous vous contentez de faire une analyse statistique, vous risquez fort de perdre de l’argent avec les over/under 

Il en va de même pour l’analyse des faces à faces passés des deux équipes. Bien souvent, les équipes ont beaucoup changé entre deux saisons ou lors du match aller / retour, et le résultat du premier match n’est pas une statistique exploitable. A moins que les équipes aient eu récemment une confrontation, ce genre d’épiphénomène ne doit pas vous faire croire que le match à venir sera le même, et encore moins qu’il y aura un nombre de buts sensiblement identique.

Dans tous les cas, peu importe la ou les compétitions sur lesquelles vous pariez : en tant que pronostiqueur, retenez que les gagnants se méfient des évidences statistiques et des constats uniquement basés sur des chiffres.

Voilà comment observer les forces offensives et défensives de chaque équipe

Pour bien analyser un pari over/under, il convient aussi d’avoir une vision globale des forces et faiblesses des équipes qui s’affrontent.

Pour ma part, je procède en essayant de répondre clairement à une suite de questions :

  • Une équipe est-elle clairement défensive, quand l’autre est davantage tournée vers l’attaque ?
  • Quelle est la moyenne des buts marqués et encaissés de chaque équipe ?
  • Y’a t-il un gardien particulièrement efficace dans l’une des deux équipes ?
  • L’une des deux équipes provoque-t-elle souvent des pénaltys ?
  • Comment se comporte l’équipe qui reçoit lorsqu’elle joue à la maison ? Propose-t-elle des matchs rugueux et âpres, souvent fermés, ou plutôt des matchs ouverts ?
  • Même question pour l’équipe à l’extérieur : lâche-t-elle les chevaux loin de ses bases, inscrivant plus de buts mais en encaissant également davantage ? Ou est-ce l’inverse ?

Ces quelques interrogations permettent déjà d’y voir plus clair. A ce moment-là, la balance penche peut-être déjà en faveur de l’over ou en faveur de l’under. Cependant, on aura essentiellement répondu à ces questions grâce à des statistiques, aussi il va falloir aller plus loin pour valider ou non l’intérêt du pari.

Vérifier efficacement l’état de forme des équipes : c’est indispensable !

Comme dans tout pari sportif, l’état de forme des équipes doit être observée de prêt. Les équipes en manque de confiance, qui peinent à gagner leurs matchs, auront tendance à se recroqueviller, notamment à domicile, et à “mettre le bus” devant leur but. Il ne sera donc pas rare de voir des scores comme 0-0, 1-0 / 0-1 ou 1-1 dans des matchs cadenassés.

Il vous faut donc répondre à cette question : le match en question sera-t-il plutôt tourné vers l’animation offensive, favorisant les passes et les décalages, ou plutôt vers un défi physique défensif, inhalant toutes les tentatives offensives ?

Bien sûr, l’analyse des rencontres précédentes aura son importance, mais ne vous fiez pas seulement au score final : regardez combien de fois chaque équipe a tiré au but, le nombre de corners, les coups-francs, les cartons jaunes, etc. Tous ces indices vous permettront de savoir avec précision si les matchs précédents, dans le cas où vous ne les auriez pas vu, ont plutôt été intéressants offensivement ou cadenassés défensivement. En tout cas, je le répète car c’est important : ne vous fiez pas seulement aux scores finaux des derniers matchs joués, vous risqueriez de passer complètement à côté du potentiel et des forces de chaque équipe.

Attaquants VS Défenseurs : le rapport de force

J’ai mentionné brièvement la forme des gardiens dans la liste des questions ci-dessus, tout comme la provocation de pénaltys. La vérité, c’est que la plupart des over/under tiennent beaucoup à l’état de forme des attaquants. Quelle que soit la défense qui lui est proposée, un attaquant en manque de confiance ou de rythme aura toutes les peines du monde à parvenir à marquer. A l’inverse, et même contre les meilleures défenses, les goleadors parviennent souvent à trouver la faille, surtout lorsqu’ils sont en forme.

Il faut donc prendre un peu de recul sur les compositions, et regarder non seulement les attaquants, leur état de forme, les buts marqués récemment, mais aussi les défenseurs qui vont tenter de réduire à néant leurs tentatives. On sait par exemple qu’un défenseur comme Thiago Silva, au PSG, est le véritable chef d’orchestre de la défense. Lorsqu’il est absent, le PSG prend un but toutes les 60 minutes, contre un but toutes les 120 minutes lorsqu’il est sur le terrain. Ce genre d’information n’est pas anodine, mais vous ne la trouverez pas seulement en parcourant SoccerStats ou SofaScore : il vous faudra creuser plus profondément, chercher les absents/présents, attendre les compositions définitives, etc.

Le mismatch emprunté au basketball existe dans tous les sports.
Et il a un gros impact sur les over/under au football. 

Au basketball, on parle souvent de mismatch : c’est lorsque l’attaquant et le défenseur possèdent une différence de taille honorable, ce qui risque d’avantager l’un ou l’autre lorsqu’ils se retrouveront en un contre un. Au football, les mismatchs existent également : un attaquant très rapide comme Mbappé face à un défenseur plutôt lent, c’est un mismatch ; à l’inverse, un défenseur grand et fort de la tête coupera toutes les balles hautes et les centres face à un attaquant qui mise beaucoup sur son jeu de tête.

Le mismatch, cela existe aussi au foot, alors regardez bien les compositions pour essayer de voir qui des attaquants ou des défenseurs peuvent prendre l’avantage !

Ne perdez pas de vue le calendrier et les enjeux

Autre critère d’importance : le contexte dans lequel le match va se jouer. Si nous sommes au début de la saison, les équipes sont souvent encore en rodage, à la fois défensivement et offensivement. Il n’est alors pas facile de savoir réellement où se situe le niveau offensif et défensif de chaque équipe, à moins, par exemple, d’avoir vu les 2 ou 3 derniers matchs de chaque formation.

Pour le reste, l’analyse du calendrier et des enjeux est primordiale. Est-ce que ce match a un intérêt particulier en vue du maintien ? Lorsque deux favoris, en Ligue 2, Liga 2 ou Serie B, s’affrontent, on sait que leur confrontation coûtera cher en vue de la montée : ce qui peut potentiellement amener un match fermé, ou au contraire transcender les attaques. La composition d’équipe, décidée par l’entraîneur, donnera souvent le ton : une formation en 5-4-1, avec 5 défenseurs et 3 milieux défensifs, va augmenter les chances d’un match avec peu de buts ; mais un 4-2-3-1 très offensif ira au contraire dans le sens d’un match débridé.

Au vu du classement Soccerstats ci-dessus, les équipes dans le cadre orange vont jouer leur peau lors des 10 derniers matchs de la saison (Toulouse étant déjà quasiment en Ligue 2). Dans le même temps, les équipes encadrées en rouge n’ont plus grand chose à espérer de la saison, le maintien étant déjà presque assuré et les places européennes trop lointaines. Comment ces équipes vont-elles réagir lors des prochains matchs ?

Outre le maintien et la montée, pensez bien que certains matchs sont particulièrement importants dans une saison : ceux qui conditionnent votre place au classement (et donc votre qualification pour un championnat continental comme la Ligue Europa ou la Ligue des Champions) ou encore les matchs de coupe (Coupe de France) sont particulièrement importants. Cela ne veut pas forcément dire que l’une ou l’autre équipe va fermer le jeu, mais il faudra prendre garde à analyser le contexte de la rencontre et son impact sur la composition des équipes, sur les choix de l’entraîneur et même sur la motivation des joueurs.

Le contexte de la rencontre a autant d’importance, sinon plus, que la composition des équipes 

Un match retransmis à la télé lors d’une grande soirée, par exemple le match du dimanche soir sur Canal+, peut transcender certains joueurs, alors qu’ils seront peu en vues sur les matchs plus “anonymes”…

Dans la même veine, regardez aussi le match qui suit pour chacun des deux équipes : s’il s’agit d’un grand rendez-vous – un derby, un classico (un OM – PSG par exemple) ou encore un match de Ligue des Champions -, alors ce match à venir peut avoir un impact sur votre pari.

L’entraîneur voudra peut-être préserver ses meilleurs éléments, ou encore les faire sortir le moins possible, ce qui entraînerait, par exemple, que certains attaquants efficaces soient remplacés avant l’heure de jeu par des milieux offensifs moins tranchants, ou par des joueurs à vocation défensive, qui auront pour mission de préserver le résultat (et non d’attaquer à outrance, au risque de se découvrir). 

Les conditions météorologiques et leur impact sur l’over/under

Un temps sec et clément pourra favoriser les actions rapides et les buteurs, quand de mauvaises conditions climatiques réduisent la visibilité et le potentiel offensif des joueurs. Mais un ballon rendu glissant par la pluie pourra favoriser les bourdes de certains gardiens maladroits… Tout comme les autres points à analyser pour votre pari Plus de 2,5 buts / Moins de 2,5 buts, je vous conseille de prendre garde à tout ce qui vous semble clairement en faveur de l’un ou l’autre des paris. La vérité du terrain est souvent différente, et aucun pari n’est jamais joué d’avance !

Un exemple ? Une équipe qui se déplace à l’extérieur sans ses deux meilleurs attaquants : le premier est suspendu, le second blessé. Deux jeunes joueurs remplacent au pied levé les deux titulaires. On pourra penser que cette équipe aura toutes les peines du monde à marquer ; mais dans bien des cas, c’est l’inverse, avec deux “juniors” qui font des pieds et des mains pour récupérer les ballons, attaquer et animer la partie. Si l’under 2,5 buts semble à première vue une belle affaire, il faudra faire attention à ne pas être trop confiant sur ce genre de match où un déséquilibre flagrant semble à l’oeuvre.

Les parieurs sportifs expérimentés savent aussi prendre du recul sur les rencontres plébiscitées par les autres joueurs. Si toute une communauté de pronostiqueurs entend “se gaver” avec tel ou tel pronostic, vous devez garder la tête froide avant de vous jeter, vous aussi, sur ce bet. Ce n’est pas parce que plusieurs influenceurs ont placé un max de cash sur ce prono qu’il est forcément de qualité ! 

Paris over/under : types et cotes

Nous l’avons vu plus haut, les paris over/under proposent aujourd’hui différentes lignes, de 0,5 et jusqu’à 6,5 buts marqués (!) par match. Les bookmakers proposent également des paris uniquement sur l’une des deux équipes, par exemple : l’équipe à domicile va-t-elle marquer plus de 1,5 but ? Ou encore l’équipe à l’extérieur va-t-elle marquer plus de 2,5 buts ?

Dans tous les cas, le pari qui semble le plus intéressant d’un point de vue financier reste le classique under/over 2,5 buts. C’est en effet sur ce genre de cut que l’on retrouve les meilleures cotes. Il faudra, une nouvelle fois, prendre le temps de faire le tour de tous les sites de paris sportifs et vérifier les cotes : Winamax, Betclic, Unibet, Bwin,Netbet, ParionsWeb… C’est ainsi que vous trouverez les meilleures cotes.

Parlons d’ailleurs des cotes sur les over/under sur les bookmakers français… Pour s’en plaindre ! En effet, si ce pari est intéressant, ce n’est pas toujours le cas des cotes proposées par les opérateurs. Le Taux de Retour Joueur est plus faibles que les bookmakers étrangers, ce qui rend difficile le fait d’être rentable, sur le long terme, avec ce type de pari.

Peut-on parier en live sur les over/under ?

Oui, bien sûr, c’est même un excellent moyen de profiter de cotes plus élevées que les cotes acquises en pré-live. Par exemple, si vous considérez que l’over 2,5 buts sur Turquie – Hongrie semble probable, vous pourriez atteindre la 20ème minute du match pour placer votre pari. Si le score est toujours de 0 – 0, la cote pourrait avoir grimpé !

Quand on sait que les débuts de matchs sont assez pauvres en buts, au contraire de la fin de la première mi-temps et de la seconde mi-temps, ce genre de pari peut être nettement plus rentable et censé sur le long terme. La difficulté des paris en live est bien sûr qu’un but peut être marqué AVANT que vous ne placiez votre pari, ce qui ruinerait complètement la valeur de votre cote et le pari en lui-même. Je vous conseille donc de vous fixer un certain laps de temps et de vous y tenir : par exemple, je place mon pari dès que la 20ème minute est arrivée, ou encore à la 25ème.

Votre expertise footballistique et votre expérience du live peut vous permettre de profiter à fond des over/under. Et ainsi de booster leur rentabilité globale. 

Notez qu’avec une cote initiale de 2,10 pour l’over 2,5, il sera possible de le valider à 2,5/2,6 si vous attendez environ 50% de la première mi-temps (et si aucun fait de jeu notable, but ou carton rouge, ne survient d’ici là !).

Soulignons enfin que vous pouvez valider les over/under au sein de paris combinés, même si je conseillerai plutôt de vous essayer à ce pari en simple. Pour les nouveaux joueurs, il est recommandé de d’abord jouer “à blanc”, c’est-à-dire sur le papier, avant de déposer de l’argent réel et de mettre en risque une partie de votre bankroll. Et même si vous aurez envie de valider un combiné pour votre premier pari, lisez cet article avant de faire cette erreur !

Les paris over/under sur les autres sports

Je vous disais en introduction que les paris over/under concernent le football : en fait, ce n’est pas vrai, car d’autres sports peuvent être l’occasion d’under/over intéressants. Citons par exemple :

Les over/under au basket

On peut parier sur la somme totale des points des deux équipes (prolongations incluses ou non). En France, le cut proposé varie entre 150 et 170 points par match, et nettement plus en NBA (jusqu’à 225 points sur certains matchs de saison régulière, un peu moins en playoffs).

Si vous lisez Parieur-Gagnant.com depuis quelques temps, vous savez que je parie beaucoup sur le basket, mais assez peu sur les over/under. Je trouve en effet difficile d’avoir une analyse fine sur les points d’un match de basket, car il s’agit d’un sport d’adresse où n’importe quel joueur peut prendre feu lors d’un match, inscrire 25 points et avoir un impact énorme sur l’over/under ; lors du match suivant, le même joueur peut tout à fait passer à côté de son match et ne marquer aucun point…

Cependant, à l’instar de ce que je disais plus haut sur les over/under live, il m’arrive de parier sur des cuts live lorsqu’un premier quart temps a été particulièrement défensif ou au contraire particulièrement prolifique. Cela permet de toucher des cuts très hauts ou très bas, et de réaliser de réelles bonnes affaires, notamment en Euroleague ou en JeepElite.

Le tennis et l’over/under sur le nombre de jeux ou de sets

Les paris over/under existent également au tennis, 2nd sport le plus parié en France. Vous pouvez en effet jouer sur le nombre de jeux total dans un match ou, plus rarement, sur le nombre de sets.

Prenons l’exemple du match Nadal – Wawrinka.

  • L’over 21,5 jeux est coté 1,70
  • L’under 21,5 jeux est coté 1,70

Le score final du match est 6/4 – 4/6 – 6/1, soit 31 jeux joués. L’over 21,5 est gagnant ; l’under 21,5 est perdant.

Volley, handball, hockey sur glace… sont également jouables

On note également l’existence des paris “Plus de / Moins de” au volley (nombre de points joués ou nombre de sets) au handball (nombre de buts marqués en tout) ou encore au hockey sur glace.

Le pari “Over 5,5 buts” en NHL est très souvent joué, même en Europe. Certains tipsters fans de hockey se sont d’ailleurs spécialisés dans ce type de pari pour maximiser leur réussite ! Se spécialiser pour gagner plus : voilà assurément une bonne idée pour mieux gérer son investissement au sein du vaste marché des paris sportifs.


Article précédent => Pari multiple & pari système : comment ça marche ?

Article suivant => Comment fonctionne le pari DNB, “remboursé si nul” ?

Manuel du Parieur (retour au sommaire)

Cliquez ici pour laisser un commentaire ! 0 commentaires