Le surebet, la méthode pour « gagner à tous les coups » ?

Le surebet, c’est le fantasme de tous les parieurs-investisseurs. Un surebet, c’est un pari où le gain est assuré, quel que soit le résultat du match sur lequel vous pariez. Probabilité de gain : 100% ! Aucun risque de perdre de l’argent, toutes les chances de gagner sont de votre côté…

En fait, le surebet est censé ressembler à ça :

Surebet argent gratuit

On vous tend un billet. Vous le prenez ? Il est à vous.

Le surebet, c’est ça : gagner de l’argent à coup sûr.

Vous trouvez ça trop beau pour être vrai ? Vous n’avez pas tort !

Surebet : fonctionnement et calcul

Mais revenons avant tout sur la teneur des surebets. En fait, chaque rencontre sportive peut se terminer sur plusieurs possibilités. Ainsi un match de football peut se terminer de trois façons différentes :

Victoire de l’équipe à domicile

Match nul

Victoire de l’équipe à l’extérieur

Prenons l’exemple du match Monaco – Lille, en Coupe de la Ligue. Voici les cotes observées sur Winamax.fr :

Victoire de Monaco : 2,15

Match nul : 3,50

Victoire de Lille : 3,30

Question : ce match permet-il de jouer en surebet ?

Autrement dit : peut-on couvrir toutes les possibilités de ce match et parvenir à toucher un bénéfice, quelle que soit l’issue du match ?

Le calcul pour trouver un surebet est le suivant :

  • Divisez 1 par chaque cote : dans notre cas 1 divisé par 2,15, 1 divisé par 3,5 et 1 divisé par 3,30.
  • Additionnez les 3 valeurs obtenues : 0,465 + 0,285 + 0,303 = 1,05
  • Si la valeur totale est inférieur à 1, alors il y a surebet. Si elle est égale ou supérieure à 1, le surebet n’est pas possible.

Dans notre cas, le surebet n’est pas possible (résultat obtenu : 1,05). Vous pensez bien que le bookmaker, à savoir Winamax, a pensé à cette possibilité et évite absolument que le surebet soit possible sur toutes les rencontres qu’il propose.

Voici une calculette qui vous permettra de vérifier rapidement si les cotes proposées permettent un surebet. Il suffit de remplir les cases des cotes et le calcul ci-dessus est fait automatiquement. Si le résultat obtenu est inférieur à 1, alors il y a surebet !

Exemple d’un surebet

Le surebet nécessite donc de vérifier les cotes d’un même match sur plusieurs bookmakers afin de trouver le moyen de couvrir toutes les possibilités d’un même match et de s’assurer du bénéfice. Il n’est même plus question de pronostic sinon de mathématiques !

Prenons donc l’exemple d’un même match de foot, proposé chez 5 bookmakers différents :

Monterrey – CF America (championnat mexicain de football)

Equipe 1 gagne Match nul Equipe 2 gagne
Winamax 2,60 2,90 3
Unibet 2,48 2,92 3,1
Parions Sport 2,35 3,3 2,95
Netbet 2,45 2,8 3,3
Bwin 2,30 2,8 3,05

En vérifiant les cotes sur ces 5 books, on s’aperçoit que la meilleure cote pour la victoire de l’équipe 1 est de 2,60, la meilleure cote pour le match nul est de 3,3, et la meilleure cote pour la victoire à l’extérieur est 3,3. Ces cotes sont signalées en rouge sur le tableau ci-dessus.

Soit, selon le calcul énoncé précédemment :

1 divisé par 2,6 = 0,384
1 divisé par 3,3 = 0,308
1 divisé par 3,3 = 0,308

Soit une valeur totale de 0,990 : le surebet est possible !

Reste à répartir ses mises correctement.

 

La répartition des mises pour jouer un surebet

La valeur obtenue auparavant est intéressante : 0,990. Cela signifie non seulement qu’il y a surebet, mais que l’on peut espérer un bénéfice total de 100 – 99 = 1%.

Autrement dit, pour une mise totale de 100€, répartie comme il se doit sur les 3 cotes, on gagnera de façon certaine 1€. Oui, cette somme est minime, mais il n’y a aucun risque de perte !

Pour répartir les mises, il faut diviser le montant total de notre mise (100€) par la valeur obtenue auparavant (0,990) multiplié par la cote de chaque pari. Attendez, l’exemple qui suit va vous aider à y voir clair.

Soit, sur l’équipe 1 vainqueur du match à 2,6 => 100 / (0,990 * 2,6) = 38,8€

Soit, sur le match nul à 3,3 => 100 / (0,990 * 3,3) = 30,6€

Soit, sur l’équipe 2 vainqueur du match à 3,3 => 30,6€

Dans tous les cas, le gain probable sera le même : 101€, soit 1% de bénéfice garanti. Vous êtes remboursé de toutes vos mises, et vous gagnez 1€ de bénéfice. De quoi voire grandir peu à peu sa bankroll…

Vous voyez que ce n’est pas forcément évident de bien parier sur un surebet, mais c’est tout à fait possible une fois que l’on a compris la méthode.

Le problème, c’est que c’est la partie la plus facile. Parier sur un « surebet », pourquoi pas : mais encore faudrait-il savoir comment en trouver un !

Comment trouver un surebet ?

En vous promenant tranquillement sur le site des bookmakers, vous avez effectivement à peu près autant de chances de trouver un surebet que de croiser une licorne en forêt.

Trouver un surebet, c’est rare… et c’est difficile.

Être inscrit sur plusieurs bookmakers (voire tous !)

Le surebet, cela revient à piéger les bookmakers à leur propre jeu en profitant des différences de cote. Pour poursuivre avec l’exemple d’un surebet déniché sur un match de foot, on devra bien souvent jouer la victoire de l’équipe à domicile chez un bookmaker, le match nul chez un autre, et la victoire de l’équipe à l’extérieur chez un troisième bookmaker.

De fait, le premier pré-requis indispensable pour tenter de profiter des surebets, c’est donc d’être inscrit sur un maximum de bookmakers. Certains books vous proposeront ainsi des cotes plus élevées sur les matchs nuls, d’autres « boosteront » la cote attribuée à l’outsider, d’autres enfin proposent des cotes intéressantes sur les favoris… Chaque site de paris sportifs peut avoir un intérêt certain. A la question “quel est le meilleur site de paris sportifs pour le surebet”, la réponse est simple : tous ! Ouvrir un compte joueur sur chaque bookmaker est nécessaire.

En étant inscrit sur un grand nombre de bookmakers, on multiplie les chances de trouver des surebets – mais cela ne veut pas dire qu’on en trouvera à coup sûr… N.B : il n’y a pas de “meilleurs sites” pour trouver de surebets. C’est la multiplication des inscriptions sur les sites de paris sportifs qui permettra de trouver ce type de paris, et non de s’inscrire sur CE bookmaker en particulier.

Surebet : sur quoi parier ?

Si on s’attaque uniquement aux marchés de masse (c’est-à-dire aux sports et compétitions les plus importantes en volume de paris), la mission devient quasiment impossible. Il faut dire que les bookmakers sont beaucoup plus réactifs sur un match de Ligue 1 que sur la seconde division allemande, et on peut le comprendre.

Une « erreur » de leur part, qui aboutirait donc à un surebet, est beaucoup plus rapidement corrigée sur ce type de marché. Il faut dire que la visibilité de ces paris est telle que les mises engagées, si elles sont brutalement en hausse, risquent de leur mettre la puce à l’oreille !

Le second conseil que je peux donc vous donner pour trouver un surebet, c’est donc de privilégier les marchés de niche et même les sports de niche.

Votre réactivité est la clé

Souvenez-vous : pour profiter d’un surebet, il faut être partout, c’est-à-dire inscrit sur un maximum de bookmakers ! Mais il faut aussi être rapide, et profiter des cotes en ouverture : on parle, en anglais, d’opening odds. 

C’est effectivement au moment où les bookmakers font rentrer des pronostics sur leurs sites que vous êtes le plus susceptible de trouver des surebets. Pas la peine de chercher un surebet pour les rencontres prévues aujourd’hui ou demain : si par bonheur un surebet pouvait y être déniché, les books ont déjà opéré les modifications pour l’éviter !

Il s’agit donc de connaître, sur plusieurs marchés de niche sélectionnés au préalable, les dates & heures estimées de sorties des cotes sur les différents books.

L’objectif : bénéficier de cotes non ajustées, qui vous permettront, avec beaucoup de chance et d’abnégation, de dénicher quelques surebets chaque année.

Chassons la licorne (ou le lynx)

Dire que chercher des surebets revient à chasser la licorne est faux. Car il est possible de trouver quelques surebets, à force de travail et avec un peu de chance.

Je parlerai en fait plutôt de chasse au lynx, et ce pour plusieurs raisons :

  • En France, le lynx est sans doute l’un des animaux sauvages les plus discrets et, de fait, les plus invisibles. Il vit seul, et très rares sont les personnes qui croisent sa route. Un peu comme un surebet…
  • En France, le lynx est protégé… tout comme le surebet. L’ARJEL autorise un Taux de Retour Joueur à 85% max, ce qui empêche les books de proposer des cotes trop hautes, et ce qui minimise les chances de trouver un surebet pour les parieurs.
  • Enfin, trouver/capturer un lynx… n’est pas toujours une bonne idée ! Même si vous parvenez à débusquer un surebet, le bookmaker pourra toujours annuler le pari et prétexter l’erreur de cote, ce qui vous mettra dans une situation tout à fait merdique !

Cette métaphore de la chasse permet surtout de voir que le gibier « surebet » est imparfait car surprotégé en France. Lisez la suite pour y voir plus clair.

L’ARJEL tue-t-il le surebet ?

Le surebet, vous l’aurez compris, c’est avant tout une recherche des meilleures cotes pour battre le book à son propre jeu.

Le problème, en France, c’est que l’ARJEL n’autorise pas un Taux de Retour Joueur (TRJ) très élevé : les bookmakers ne peuvent donc pas proposer des cotes très élevées. L’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux En Ligne) et ses règles tuent donc directement les chances d’obtenir des surebets.

Est-il pour autant facile de trouver des surebets hors ARJEL ?

La réponse est non : le surebet reste une occasion rare, et être inscrit sur les meilleurs books hors ARJEL ne vous permettra pas de profiter souvent de cotes « gonflées » au point que vous serez sûr de gagner…

Les inconvénients du surebet

J’ai déjà cité les principaux défauts du surebet, mais je veux ici aller plus loin.

Oui, le surebet est rare & bénéficie d’une faible rentabilité. Ce qu’il faut dire aussi, c’est que le surebet peut être dangereux.

Les fluctuations de cotes en temps réel

En effet, en reprenant notre exemple ci-dessus, vous allez donc devoir parier les 3 possibilités d’un même match. On se rend sur le book 1 pour jouer la possibilité 1 (victoire de l’équipe à domicile), sur le book 2 pour jouer la possibilité 2 (match nul), sur le book 3 jouer la possibilité 3 (victoire de l’équipe à l’extérieur). Pendant ce laps de temps, alors qu’on navigue de site en site, les cotes peuvent bien sûr être modifiées en temps réel… et rendre le surebet impossible.

Imaginez : il ne vous restait qu’à couvrir la dernière possibilité de pari, mais la cote vient tout juste de chuter. Résultat : vous avez couvert 2 possibilités sur 3, et vous risquez maintenant de perdre une certaine somme d’argent. Le surebet attendu… est devenu un très mauvais bet.

Attention : je ne parle pas ici du fait de parier en direct, mais bien des variations de cotes en pré-live. 

Le surebet en live est également possible (notamment au tennis/au basketball) mais plus complexe. Il demande une expérience plus élevée encore. 

Des bookmakers qui se protègent

L’autre énorme inconvénient des surebets, c’est que vous n’êtes jamais à l’abri d’un changement de la part du bookmaker.

Imaginons que vous avez eu le bonheur de trouver un surebet et de parier sur celui-ci. Tout va bien, n’est-ce pas ?

En fait, vous n’êtes pas assuré de gagner à 100%, car l’un ou l’autre des bookmakers peut, à tout instant, annuler votre pari et rembourser votre mise. Pas besoin de grandes explications : un pari annulé, c’est monnaie courante chez les books. Et quand pari annulé il y a, votre surebet tombe à l’eau. Votre argent aussi…

En lisant les conditions générales des paris sportifs sur Winamax, on s’aperçoit que le bookmaker se réserve le droit d’annuler un pari en cas de « défaillance informatique », c’est-à-dire d’une erreur sur un ou plusieurs événement sportifs. Or, le surebet est basé sur ces différentes « erreurs » des books.

Sur Betclic.fr, le règlement est encore plus clair :

« La décision finale d’annuler des paris reste à la discrétion de Betclic. »

Autrement dit : un surebet validé, ce n’est pas forcément un pari gagné… Le surebet n’est pas un faiseur de gagnants : c’est beaucoup plus compliqué que ça !

Notons enfin que les books peuvent limiter vos mises sur certains paris (là encore sans forcément donner d’explications) et donc vraiment contrarier vos plans de miser sur un « surebet ».

Que faut-il retenir du surebet ?

Vous l’aurez compris : je ne recommande pas de traquer les surebets. Vous aurez des difficultés énormes à en trouver, et les jouer ne vous fera gagner que des miettes – lorsque les books ne vous la feront pas à l’envers.

Pour autant, le surebet est l’occasion de relever plusieurs points d’importance à l’oeuvre dans les paris sportifs.

  1. La cote est l’un des fondements des paris sportifs. Avec le surebet, on recherche les meilleures cotes sur tous les sports/compétitions : on doit faire la même chose lorsque l’on place n’importe quel pari. La recherche de la cote la plus haute, de la value la plus claire, est indispensable pour générer du bénéfice sur le long terme. Le surebet permet de comprendre ce qu’est un value bet : c’est un pari qui bénéficie d’une cote qu’on aurait pensé plus faible, compte tenu du contexte sportif et statistique.
  2. De fait, et c’est tout à fait lié au point précédent, être inscrit sur plusieurs bookmakers est un pré-requis indispensable pour gagner, au-delà même du surebet. Comparer les cotes, comprendre le fonctionnement de chaque book, observer la variation des cotes… Tout cela permet de comprendre que la cote est un prix, et que ce prix, cette valeur, n’est pas partout ni tout le temps la même.
  3. Le surebet, c’est parier très peu et uniquement lorsque l’on est “sûr de gagner”. Le surebet, c’est donc parier peu, mais bien. C’est l’inverse du pari émotif : c’est un calcul précis, une répartition des mises pour être dans le vert quoi qu’il arrive. Le surebet n’est pas un “pari de parieur”, mais un investissement de financier. Cela mérite d’être relevé, car ceux qui gagnent aux paris sportifs ne sont pas les meilleurs parieurs : ce sont les meilleurs investisseurs et gestionnaires !
  4. Le surebet, enfin, vous apprend à vous méfier des évidences et à prendre vos distances vis-à-vis des bookmakers. Les books sont d’énormes machines qui peuvent vous broyer. Pas la peine d’essayer de les doubler : leurs failles sont ailleurs, les mathématiques ne suffisent pas à les dépasser sur le long terme.
  5. Méfier vous aussi des méthodes miracles, martingales et autres paris truqués. Sur le marché des paris sportifs et jeux d’argent, il n’y a pas d’astuce pour tromper les opérateurs de paris : si vous voulez être gagnant sur le long terme, cela vous demandera de la discipline, des connaissances et une réelle expérience. Les nouveaux joueurs croient pouvoir profiter de bonus et de promotions pour s’enrichir, se pensant plus malins que les books et utilisant des “techniques” foireuses, multipliant les combinés et cherchant les grosses cotes : ils ont tort. A 100% !

Et vous, que pensez-vous des surebets ? En avez-vous déjà déniché, ou joué ?


Laissez un commentaire : c’est gratuit, et ça m’encourage à continuer !

Gabin

Cliquez ici pour laisser un commentaire ! 0 commentaires